Stéphane MICHEL, consultant oenophilique
Contact

Luc Vignal



Au début il était ferronnier d’art, mais après deux hernies discales, Luc Vignal à 35 ans, a suivi un BTS viti-Oeno avant de devenir caviste à Lille puis à Montpellier. Depuis 2009, il est vigneron en costières de Nîmes. Il a repris en main comme salarié de sa femme les 65 hectares de terre (dont 50 de vignes) du domaine familiale des Delon, le nom de son épouse.

Le domaine est constitué principalement de grenache, de carignan et de syrah ce qui semble logique pour une appellation qui se partage entre Languedoc et Rhône, mais l’on y trouve également un peu de merlot et d’alicante. Le terroir ressemble comme deux gouttes de vin à celui de Châteauneuf du Pape, avec des galets roulés à perte de vue.

Jusqu’ici les raisins étaient vinifiés au domaine mais l’ensemble de la production partait au négoce. Depuis la venue sur le domaine de Luc, une partie de plus en plus importante de la production est mise en bouteille. Avant l’arrivée d’ici quelques temps d’une cuvée fort attendue de blanc, il existe aujourd’hui une cuvée de rosé de saignée et deux cuvées de rouge. La première est un classique costières de Nîmes, grenache majoritaire, vinifiée en cuve. La seconde issue d’un partage entre syrah et grenache noir est vinifiée en fûts de plusieurs vins.

Dans tous les cas, les vins sont comme le vigneron : authentiques, gourmands et bons !

De plus, à 5 euros la bouteille pour le rosé et le rouge classique, et 8 euros pour la grande cuvée de rouge, il n’y a pas meilleur rapport qualité prix.

Enfin, le domaine sous l’impulsion de Luc Vignal est en reconversion bio.

-

Emmanuel Reynaud



R A Y A S : Ces 5 lettres sont plus qu’un vin ; un mythe. Mais derrière un château (il faudrait employer le terme de Domaine car il n’y a de château que le nom tant la bâtisse est simple et vétuste) il y a toujours un vigneron. Il s’agit depuis 1997 d’Emmanuel Reynaud.

D’abord pour le rencontrer, il y a toujours quelques hésitations quant à la route à suivre, Rayas n’étant jamais signalé sauf quand on y arrive (cf. photo). Ensuite, il y a toujours quelques hésitations quant à la manière d’aborder ce grand vigneron taciturne. Emmanuel Reynaud est d’un naturel peu causant. Certes, les vins parlent pour lui et in fine son exceptionnel terroir de sables unique à Châteauneuf du Pape n’a pas besoin d’un long discours pour se faire entendre. Enfin, il y a toujours quelques hésitations quant aux remarques à formuler quand on déguste les vins à l’aveugle aux fûts. En effet, au domaine, les tonneaux (des demi-muids de 450 litres en majorité) sont plus vieux que le maître de maison et ils enferment cépages par cépages et terroirs par terroirs ce qui va devenir Fonsalette, Pignan et Rayas. Chaque fût en dit long sur la grandeur inégalable des vins qui font partie des plus exceptionnels de notre vignoble national (cf. photos).

Il faut absolument aller goûter un jour à Rayas. L’expérience est inoubliable car les vins même nouveaux-nés, même doté d’une garde proverbiale, sont toujours d’une très grande buvabilité, que ce soit le cinsault ou la syrah de Fonsalette ou les grenaches noirs, le cépage roi, de Fonsalette, de Pignan et de Rayas. Avec un peu de chance vous commencerez avec la clairette (qui apporte de la fraîcheur) et le grenache blanc (qui apporte le gras) qui feront Fonsalette et Rayas blancs.

Dans tous les cas, vous vous direz que vous avez été un petit veinard de vous retrouver en ces lieux et vous essayerez de garder en mémoire ses arômes de fraises poivrées, de pivoines, de roses et d’épices en même temps que vous essayerez de mieux repérer le chemin pour la prochaine fois.